Search

Displaying 1 - 30 of 43 results
Friday, May 17, 2013
Dans cet extrait, Adolphe Kornman raconte comment il a passé la frontière franco-suisse en mai 1944 accompagné d’autres enfants. Il se souvient de l’accueil chaleureux des premiers habitants suisses rencontrés derrière la frontière.
Friday, May 17, 2013
Régine Jacubert est née le 24 janvier 1920 à Zagorow (Pologne). La famille part pour la France en 1930 et s’installe à Nancy. Réfugiée à Bordeaux avec les siens en 1940, elle rentre seule à Nancy où elle travaille. Le reste de sa famille est arrêté et interné. A Nancy, elle échappe à la grande rafle du 19 juillet 1942 et passe clandestinement en zone Sud. A Lyon, où elle a trouvé un travail, elle entre dans le mouvement de résistance Combat, en janvier 1943. Arrêtée en juin 1944, elle est interrogée à la Gestapo, notamment par Klaus Barbie.
Friday, May 24, 2013
Jewish Holocaust Survivor Interview language: French Incarcerated in the forced labor camp of Wolanów, Poland, Chana worked in the kitchen of the men’s camp. It’s from this place that she witnessed a German killing the companion of a woman she knew. She reflects on the initial images of horror witnessed in the camp, and remembers them as those that shook her the most.
Friday, May 24, 2013
Jewish Holocaust Survivor Interview language: French Interned in the camp of Beaune-la-Rolande (France) after the Vélodrome d’Hiver roundup, Simon witnessed the deportation of his mother at the beginning of August 1942. He describes the difficulty that his mother experiences in being separated from her children. Some days later, Simon’s brother was deported. His mother and brother were gassed upon arrival in Auschwitz.
Monday, September 30, 2013
Régine Jacubert est née le 24 janvier 1920 à Zagorow (Pologne). La famille part pour la France en 1930 et s’installe à Nancy. Réfugiée à Bordeaux avec les siens en 1940, elle rentre seule à Nancy où elle travaille. Le reste de sa famille est arrêté et interné. A Nancy, elle échappe à la grande rafle du 19 juillet 1942 et passe clandestinement en zone Sud. A Lyon, où elle a trouvé un travail, elle entre dans le mouvement de résistance Combat, en janvier 1943. Arrêtée en juin 1944, elle est interrogée à la Gestapo, notamment par Klaus Barbie.
Monday, September 30, 2013
Adolphe Kornman est né le 18 octobre 1927 à Paris. Il grandit dans le Marais. Il assiste à la rafle du Vélodrome d’Hiver en juillet 1942 et, en octobre, la famille trouve un passeur qui l’achemine en zone non occupée. Un temps réfugié avec son père en zone italienne, à Nice, il finit par quitter la ville quand celle-ci est envahie par les Allemands en septembre 1943. Grâce au réseau de la Sixième, Adolphe Kornman franchit la frontière suisse en mai 1944. Il y demeure quelques mois, dans différents camps, avant de rentrer en France, après la libération du territoire.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Sarah Chaumette explique comment elle a utilisé une petite machine à imprimer pour fabriquer des papillons – des petites bandes de papier sur lesquelles étaient inscrits des messages de propagande – et sa manière de les diffuser dans le métro et dans les bus.Sarah Chaumette (née Litmanovitch) est née le 27 avril 1925 à Paris dans une famille de Juifs originaires de Kiev dans l'Empire Russe (aujourd'hui en Ukraine). Son père, Isol Litmanovitch, possède un atelier de tailleur et sa mère, Bronislava (née Racz), seconde son mari dans ses activités.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Albert Lévy parle de ses activités de propagande à la Main d’œuvre immigrée (MOI), à Lyon, à l’Union de la jeunesse juive et au Mouvement national contre le racisme. Il explique comment s’effectuait la distribution des tracts.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Roger Trugnan explique son activité de propagande à partir de l’été 1940 à la Main d’œuvre immigrée (MOI). Il évoque le contenu des tracts, les modes de diffusion et les prises de parole effectuées dans les cinémas pendant les Actualités cinématographiques.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Simone Lagrange explique ses activités de propagande avec un groupe de jeunes de son âge, à Saint-Fons : diffusion de tracts et de petits cercueils à destination des collaborateurs, transports de messages…
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Jean-Louis Steinberg raconte comment il est entré au parti communiste clandestin et a participé à la fabrication et à la diffusion de tracts.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Bernard Teperman décrit une action de propagande menée avec un camarade résistant. Basée sur la mise en place d’une machine artisanale posée sur un toit de la ville, elle a permis le lâcher de plusieurs milliers de tracts devant l’immeuble du journal Le Progrès, à Lyon.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Louis Domb décrit ses premières actions de résistance à Paris. Il découpe ainsi des croix de Lorraine dans des tickets de métro ou en dessine sur les murs. Il parle également de ses activités aux côtés de Germaine Ribière et d’Edmond Michelet avec lesquels il réalise et diffuse des journaux clandestins.
Sunday, December 1, 2013
Dans cet extrait, Frida décrit ses activités de résistance dans son lycée en 1940. Elle explique comment elle dissimulait des tracts dans les poches des manteaux des élèves accrochés dans les couloirs.  Le 11 novembre 1940, à l’occasion de la manifestation des étudiants à Paris, elle mit en place des banderoles gaullistes qui entraînèrent l’intervention de la police. L’administration de son école protégea toutefois les élèves juifs en les renvoyant chez eux avant que les forces de l’ordre n’arrivent.
Monday, December 2, 2013
Arlette Testyler raconte la rafle du Vélodrome d’Hiver, le 16 juillet 1942, à partir de son arrestation avec sa mère Malka et sa sœur Madeleine. Elle décrit l’opération conduite à l’aube par la police française, explique  comment un policier aida une voisine et son enfant à échapper à la rafle. Arlette rappporte enfin ses impressions sur  son internement au Vélodrome d’Hiver.
Monday, December 2, 2013
Léon Favier raconte son transfert et son arrivée au Vélodrome d’hiver le 16 juillet 1942. Il décrit les conditions de transport et explique comment il retrouve, en compagnie de ses parents, d’autres membres de sa famille. Il évoque aussi l’atmosphère générale durant la première nuit en ces lieux.
Monday, December 2, 2013
Marcel Wainstain raconte son expérience au Vélodrome d’Hiver. Il explique aussi comment il a pu sortir de ce lieu d’internement avec sa petite soeur Frajdla Wajnsztajn avant d’y rentrer à nouveau pour demeurer auprès de sa famille.
Monday, December 2, 2013
Regin Rybak raconte ce qu’elle a vécu avec son fils Simon, lorsqu’elle a été arrêtée et emmenée au Vélodrome d’Hiver le 16 juillet 1942. Elle décrit les conditions d’internement et l’aide reçue d’un policier français pour sortir des lieux.
Monday, December 2, 2013
Michel Muller évoque sa fascination par la Tour Eiffel au moment où l’autobus qui l’emmène au Vélodrome d’Hiver passe devant le monument. Il décrit les conditions qu’il endure pendant quelques jours avec sa famille en ces lieux.
Monday, December 2, 2013
Dans cet extrait, Sarah Montard raconte comment elle est parvenue à s’échapper du Vélodrome d’Hiver avec sa mère, chacune de leur côté.
Thursday, January 23, 2014
Betty Berz (née Sagal) was born on June 22, 1926 in Kyiv, USSR (today, Ukraine). The family—Betty, her mother Marie, her father Boris, and her younger sister Rachel—immigrated to Paris in 1929.
Thursday, January 23, 2014
Maurice Blindt was born on February 20, 1924, to Samuel and Fajga Blindt, both of whom were originally from Poland. He had a sister, Lucia, born in 1919, and abrother, Henri, born in 1926. On the eve of World War II, Lucia left Paris to live in Algiers. When Germany invaded France in May 1940, the Blindts fled Paris. In the process of fleeing, they encountered heavy gunfire and arial bombings, and Fajga had a nervous breakdown.
Thursday, January 23, 2014
Simon Drucker was born in 1924 in Paris, France, in a Jewish family of Polish origin. His parents, Abraham and Thérèse, left Poland in 1921. Simon had a youngerbrother, Isidore. Engaged in the French Foreign Legion during the outbreak of the war, Abraham was arrested in June 1942 and deported first to Pithiviers, and later to Auschwitz, where he was murdered.
Monday, December 1, 2014
Dans cet extrait, Édouard Axelrad relate son retour en France et son passage à l’Hôtel Lutetia. Il raconte comment il apprit la mort de sa mère et de son frère. Il parle de la difficulté à reprendre le cours d’une vie normale.
Monday, December 1, 2014
Dans cet extrait, Henry Bily raconte sa libération, du camp de Dachau jusqu’à sa sortie de l’Hôtel Lutetia.Henry Bily est né le 28 juillet 1920 à Paris, dans le XIIème arrondissement. Son père, Samuel Bilsky, est né à Lutotov (Russie) en 1893, sa mère, Sabrina, à Lodz (alors en Russie) en 1899. Henri a un frère et une sœur. Son père, fourreur, est installé dans un atelier 20 rue de Wattignies (XIIème arrondissement, Paris). La famille a peu d’attache avec la religion. Henri et son frère font partie des Éclaireurs israélites de France.
Monday, December 1, 2014
Dans cet extrait, Raphaël Burgel raconte son retour en France et l’interrogatoire qu’il a subi, visant à distinguer les vrais déportés d’éventuels collaborateurs.
Monday, December 1, 2014
Dans cet extrait, Annette Cabelli raconte comment, libérée par les troupes russes, elle a réussi à rejoindre la zone d’occupation américaine.Annette Cabelli est née le 25 avril 1925 à Salonique (Grèce). Son père décède alors qu’elle n’a que quatre ans. Annette a deux frères. Sa mère travaille dans la confection de pantalons pour homme. Alors que ses deux frères fréquentent l’Alliance française, elle suit sa scolarité à l’école hébraïque jusqu’à l’âge de 16 ans. Elle intègre ensuite le lycée grec.
Monday, December 1, 2014
Dans cet extrait, Nicole Clarence raconte son retour en France et son passage au Lutetia. Elle passe ensuite la soirée chez une cousine et relate son expérience concentrationnaire.
Monday, December 1, 2014
Dans cet extrait, Renée Eskenazi raconte comment, après la libération du camp de Theresienstadt, elle a pu faire passer en France, le message avertissant qu’elle était bien en vie, et le tragique quiproquos auquel cette annonce donna lieu.
Monday, December 1, 2014
Simon Drucker décrit son passage en Palestine comme une réaction au sentiment qu’il avait éprouvé d’être indésirable lorsqu’il revint des camps de concentration chez lui en France . À travers son projet de partir combattre pour l’indépendance de la Palestine, Simon souligne l’importance de rebâtir sa vie, et il fut effectivement capable, par la suite, de revenir en France, de se marier et de vivre sa vie.

Pages