Denise Weill

Dans cet extrait, Denise Weill raconte l’arrestation des enfants de la rue Vauquelin, en juillet 1944. Elle évoque la fin de la guerre, l’inquiétude pour ses proches et la peur du bombardement du 26 août 1944, au lendemain de la libération de Paris.

De son nom de jeune fille Lefschetz, Denise Weill est née à Paris le 6 octobre 1926. Enfant unique, fille d’une mère juive et d’un père non juif, elle grandit dans une famille de militants socialistes. À l’âge de dix ans, elle entre aux Éclaireurs israélites de France (EIF). Éloignée de Paris pendant la Drôle de guerre et au moment de l’invasion allemande, elle retourne à Paris en septembre 1940.

Pendant l’Occupation, elle travaille aux côtés des EIF et encadre divers groupes d’enfants. Elle est ainsi affectée à la maison de la rue Vauquelin, foyer de l’Union générale des israélites de France  (UGIF). Au moment de la rafle du Vel d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942, elle est chargée de rechercher les enfants restés seuls.  Les jeunes pensionnaires de la maison de la rue Vauquelin sont arrêtés dans la nuit du 21 au 22 juillet 1944 et déportés par le convoi 77 à destination d’Auschwitz.

Après la guerre, Denise commence des études de psychologie et travaille au service social des éclaireurs israélites en tant que psychologue. Par la suite, elle se marie et devient psychanalyste. En 1957, elle crée l’association « Jeune Atelier » qui donnera naissance au Centre de Réadaptation Psychothérapeutique (CEREP) en 1964.

Mariée après la guerre, Denise Weill avait cinq petits-enfants au moment de l’interview.

L’interview a été réalisée à Paris le 10 mai 1996. L’interviewer était Jacky Assoun et le caméraman Sylvian Rigollot.

Language: French