Ida Grinspan-cnrd2015

Dans cet extrait, Ida Grinspan raconte sa prise en charge par les Russes, puis par les Américains et son retour en France.

Ida Grinspan est la fille de Chaja et Jankiel Fensterszab, tous deux originaires de Pologne. Ida est née le 19 novembre 1929 à Paris. Elle a un frère, Adolphe. Jankiel exerce la profession de tailleur, aidé par sa femme. Ida parle yiddish à la maison et suit des cours pour apprendre à écrire cette langue. La famille pratique peu la religion juive.

Au début de la guerre, Chaja part temporairement, avec ses deux enfants, à Lié, un petit village des Deux-Sèvres proche de Niort. C’est là que, sous l’Occupation, Ida demeure, éloignée de sa famille. Vivant sous sa vraie identité, elle y décroche son certificat d’études en 1941.

Sa mère est arrêtée lors de la rafle du Vélodrome d’Hiver en juillet 1942. Elle sera déportée à Auschwitz d’où elle ne reviendra pas. Son mari et son fils échappent en revanche aux arrestations. Ida maintient le contact avec son père auquel elle envoie des colis avec l’aide d’habitants du village. Elle est finalement arrêtée à son tour dans la nuit du 30 au 31 janvier 1944. Internée au camp de Drancy, elle est déportée à Auschwitz par le convoi du 10 février 1944. Malgré ses quatorze ans, elle passe au travers des mailles de la sélection.

Elle est versée dans divers Kommandos avant d’être affectée à l’Union Werke, une usine d’armement, en septembre 1944. Lors de l’évacuation du camp, le 18 janvier 1945, Ida marche durant plusieurs jours et nuits avant d’embarquer dans un train qui l’emmène à Ravensbrück, puis au camp de Neustadt. Elle y survit jusqu’à l’arrivée des troupes de l’Armée rouge. Prise en charge pendant un mois, elle est emmenée en camion jusqu’à Lunebourg (Basse-Saxe). Elle y subit un contrôle médical avant d’être rapatriée en France, le jour même, dans un avion canadien. À son arrivée à Paris, elle est hospitalisée. Elle retrouve son frère et prend douloureusement conscience de la disparition de ses parents (son père a été déporté par le convoi du 31 juillet 1944 à destination d’Auschwitz d’où il n’est pas revenu). Ida part ensuite pour plus d’un an, en Suisse, dans un sanatorium. Elle en revient en septembre 1946.

Dans l’après-guerre, elle exerce le métier de couturière. Elle se marie en 1953 avec Charles Grinspan, dont la mère a été déportée. De leur union naît une fille, Sophie-Hélène. Ida Grinspan a raconté sa déportation dans un livre coécrit en 2002 avec Bertrand Poirot-Delpech, J’ai pas pleuré (Robert Laffont).

L’interview a été réalisée à Paris le 14 juin 1995. L’intervieweuse était Hélène Levy-Wand Polak.