Moshe Shamir UNESCO 2014 French

X Close

Moshe Shamir

Language: English

Moshe Shamir (né sous le nom de Schmucker) voit le jour dans une famille juive orthodoxe le 17 avril 1922 à Cernauti, Roumanie (aujourd’hui Chernivtsi, Ukraine). Son père, Avraham, est enseignant dans une école hébraïque. Il meurt quand Moshe n’a que cinq ans. La mère de Moshe, Rifka, l’élève avec son frère aîné, Menachem. Moshe fréquente une école yiddish, est membre du mouvement de jeunesse sioniste Gordonia et chante dans une chorale juive au temple. Il travaille en tant qu’apprenti dans une mercerie à l’âge de douze ans.

Cernauti est annexé par l’URSS en 1940. En juillet 1941, l’armée roumaine, alliée de l’Allemagne nazie, reprend la ville dans le cadre de l’invasion de l’Union soviétique. Moshe est astreint au travail forcé pour reconstruire le pont principal sur la rivière Prout, détruit par un bombardement. En quelques semaines, tous les Juifs de la ville se voient contraints de rejoindre le ghetto. Les déportations commencent fin 1941, et Moshe et sa mère, avec les autres déportés, doivent franchir la frontière romano-soviétique, à la frontière de la Transnistrie – un territoire situé à l’est du Dniestr, sous le contrôle de l’administration roumaine d’août 1941 à mars 1944. Ils arrivent au ghetto de Ivashkovtsy, dans la région de Vinnitsa en Ukraine. Moshe reste dans le ghetto jusqu’en 1943, avant d’être déporté dans les camps de la région d’Odessa et de Nikolaev pour travailler à la construction de ponts et de routes, sous le contrôle de l’Organisation Todt – une organisation allemande créée et dirigée par l’ingénieur nazi Fritz Todt, dans le but de construire des aménagements militaires en Allemagne et dans les territoires occupés. À la suite d’une blessure à la main, Moshe est envoyé à l’hôpital situé dans le ghetto de Mogilev-Podol’skii, en 1944. À l’approche de l’armée soviétique, il est libéré de l’hôpital du ghetto et retrouve sa mère à Ivashkovtsy, quand le territoire est libéré par l’Armée rouge.

Après la libération, Moshe et Rifka retourne chez eux à Cernauti, alors sous administration soviétique, et rejoignent Menachem, le frère de Moshe. Peu désireux de vivre sous le régime communiste, Moshe franchit illégalement la frontière de la Roumanie. Il suit un programme sioniste de formation à Timisoara préparant à l’immigration et à l’installation en Palestine. Il est à bord du Pan York et approche de la Palestine en décembre 1947 quand le bateau est arraisonné par des gardes-frontières britanniques. Tous les passagers sont internés à Chypre. Moshe est libéré du camp d’internement no. 61 le 10 février 1949 et arrive à Haïfa. En Israël, Moshe travaille pour le Mossad – les services secrets israéliens. Il épouse Judith en 1954, et a deux enfants, Avichai et David, et deux petits-enfants.

L’interview a été réalisée le 2 novembre 1998 à Netanya (Israël) ; interviewer : Caroline Newman ; vidéaste : Ilan Kedem.