Pierre Juresco

Dans cet extrait, Pierre Juresco raconte les combats pour la libération de Romans-sur-Isère et la libération de Lyon. Il explique le passage de la clandestinité à l’armée officielle et la poursuite de la guerre en Alsace. Il évoque enfin son retour au lycée et son sentiment de déphasage par rapport à ses camarades de classe.

Pierre Juresco est né à Paris le 29 octobre 1927. Son père Alexandre est originaire de Roumanie. Sa mère Renée a une double origine ukrainienne et autrichienne. Pierre, sa sœur Janine et leurs parents vivent à Courbevoie (Seine-et-Oise) dans l’avant-guerre et connaissent quelques difficultés avec la crise économique des années 1930. Très soucieuse de son assimilation, la famille se tient à distance du judaïsme. Pierre fréquente le lycée parisien Condorcet.

Au moment de l’invasion allemande, la famille participe à l’exode et atterrit à Pau, avant de s’installer à Nice en 1941. L’oncle de Pierre, le célèbre graphiste Marcel Jacno, refait les cartes d’identité de chaque membre de la famille en ôtant la mention « Juif ». Pierre entre dans le mouvement de résistance Combat pour lequel il effectue notamment du repérage d’installations militaires sur la côte. Au moment des rafles allemandes, il travaille pour l’Union générale des israélites de France (UGIF) au placement d’enfants dont les parents ont été déportés. Il entre par ailleurs aux Compagnons de France, grâce à l’uniforme desquels il quitte Nice et rejoint le maquis du Vercors à l’été 1943. Il y fait venir ses parents et sa sœur. Il s’y entraîne militairement et participe à des attaques de convois allemands.

Au moment de l’attaque du maquis par les Allemands en juillet 1944, il se cache pendant quinze jours dans la forêt. Il participe à la libération de Romans et de Lyon. Sa sœur a pour sa part rejoint le mouvement Ceux de la Résistance à Paris.

De retour à Paris, Pierre Juresco reprend temporairement ses études aux lycée Turgot avant de suivre une formation en joaillerie. C’est toutefois vers la vente dans les grands magasins qu’il se tourne. Il entre aux Galeries Lafayette à Casablanca (Maroc) où il reste deux ans. Par la suite, il dirige un Monoprix en Normandie puis fait carrière aux Nouvelles Galeries où il occupe différents postes de direction.

Dans la période de l’après-guerre, Pierre Juresco s’est marié et a eu deux filles, Corinne et Ariane.

L’interview a été réalisée à Paris le 3 novembre 1995. L’interviewer était Myriam Anissimov et le caméraman Gilmer Pozo.

Language: French