Roger Trugnan CNRD

X Close

Roger Trugnan

Language: French

Dans cet extrait, Roger Trugnan explique son activité de propagande à partir de l’été 1940 à la Main d’œuvre immigrée (MOI). Il évoque le contenu des tracts, les modes de diffusion et les prises de parole effectuées dans les cinémas pendant les Actualités cinématographiques.

Roger Trugnan est né le 18 avril 1923 à Paris (France) dans une famille juive. Son père, Henri Trugnan, est un ébéniste originaire de Balta (Empire russe, aujourd’hui Moldavie), membre de la Confédération générale du Travail (CGT) et du parti communiste. Sa mère, Hélène Trugnan (née Cerman), est modiste. Roger a également une sœur, Germaine. Sous l’Occupation, grâce aux relations de son père, Roger participe aux activités de résistance de la Main d’œuvre immigrée (MOI). Il vit sous une fausse identité jusqu’au mois de mars 1943 quand il est arrêté, avec d’autres camarades résistants, par la police française. Certain de son exécution imminente en tant que membre de la résistance communiste, il révèle son identité juive ; il est alors transféré au camp de Drancy. Il est par la suite déporté à Auschwitz-Birkenau et envoyé au sous camp de Jawischowitz. Lors de l’évacuation du camp, le 18 janvier 1945, Roger participe à la marche de la mort qui le mène à Buchenwald. Le 11 avril 1945, il y est libéré par les troupes américaines.

A son retour à Paris, Roger découvre que sa famille a été décimée. Il se marie en 1947 avec Annette Kirman. Le couple donne naissance à un enfant, Germain. Au moment de l’interview, il a quatre petits-enfants. 

L’interview a été menée à Paris le 16 juillet 1996. L’interviewer était Véronique Singer et le caméraman Annie Walther.