L'USC Shoah Foundation a présente des récits de sauvetage à l’occasion de la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste à l’UNESCO (Paris)
Fri, 01/18/2013 - 2:37pm

L'USC Shoah Foundation – Institut pour l’histoire visuelle et l’éducation, a organisé une exposition qui a été présentée au siège de l’UNESCO, à Paris. Cette exposition fut l’un des volets de la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste pour l’année 2013. Chaque année, le 27 janvier – date anniversaire de la libération d’Auschwitz-Birkenau –, il est rendu hommage aux victimes de l’Holocauste. Cette année, l’UNESCO a mis à l’honneur le thème "Avoir le courage d’aider : le sauvetage pendant l’Holocauste" à travers une cérémonie commémorative, une conférence et trois expositions qui se sont déroulées à son siège parisien. « L’histoire de ce génocide perpétré pendant la Seconde Guerre mondiale n’appartient pas qu’au passé. C’est une histoire vivante, qui nous concerne tous, quelles que soient nos différences d’origines, de cultures ou de religions », a expliqué Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. « Après l’Holocauste, d’autres génocides ont eu lieu, sur plusieurs continents. Saurons-nous enfin en tirer les leçons ? », a-t-elle ajouté.

Ouverte au public du 28 janvier au 4 février 2013, l’exposition de l'USC Shoah Foundation présentait les témoignages audiovisuels de neuf survivants juifs et de quatre personnes ayant secouru des persécutés, représentant un échantillon d’expériences personnelles de sauvetage durant l’Holocauste. Les écrans vidéos étaient accompagnés par une série de panneaux explicatifs relatifs à cinq aspects du sauvetage : « le sauvetage organisé », « les diplomates et le sauvetage », « sauver les enfants », « religion et sauvetage », « la reconnaissance des actes de sauvetage ». Les récits choisis ont été extraits des archives de l’Institut d’histoire visuelle parmi plus de 50 000 témoignages. La collection globale contient plus de 1 100 témoignages de sauveteurs, ayant été interviewés dans 29 pays et dans 23 langues différentes.

L’exposition a voulu mettre en valeur ceux qui ont pris des décisions, à petite ou grande échelle, au risque de leur vie et souvent de celles de leur proches, pour sauver des milliers de Juifs. Agissant individuellement ou au sein d’un réseau organisé, les sauveteurs différaient par leurs origines, leurs milieux culturels ou leurs religions. Leurs actes témoignent de l’importance du choix lorsque l’on est confronté à l’injustice. Ils soulignent l’enjeu fondamental que constitue la préservation de la dignité humaine dans les situations les plus dramatiques. « Le sauvetage est un sujet crucial pour comprendre la survie dans le contexte génocidaire et mesurer la difficulté des choix effectués par les individus dans des circonstances extrêmes », explique Amy Marczewski Carnes, Directrice associée aux programmes internationaux de l’Institut, et commissaire de l’exposition : « Les témoignages de l’exposition montrent la complexité du sauvetage pendant l'Holocauste tout en reconnaissant ceux qui sont intervenus, et dont les actions ont permis aux voix des survivants de nous parvenir comme elles parviendront à nos enfants. »

TAGS: