Simon-François Malkes-cnrd2016

X Close

Language: French

Dans cet extrait, Simon-François Malkes évoque les activités culturelles qui existaient au sein du ghetto de Vilno.

Simon-François Malkes, né Malkeis, a vu le jour à Vilno (Pologne), le 14 septembre 1927. Il est le fils unique de Rachel Badasz et d’Abram Malkeis. Abram possède une usine d’électricité. Sa femme travaille à ses côtés.

En 1939, lors de l’invasion soviétique, Abram Malkeis est exproprié et jeté en prison. Certains membres de la famille sont déportés par les Russes en Sibérie, en tant que « capitalistes ». Lorsque les Allemands arrivent à leur tour, en 1941, le père de Simon sort de prison et retrouve les siens. Les nazis mènent rapidement des « Aktions » contre les Juifs qu’ils envoient à la prison de Ponary pour y être exécutés.

La famille Malkes accueille d’autres familles dans sa maison située au sein de l’un des deux ghettos créés dans la ville. Avec son père, Simon travaille dans un atelier de réparation de véhicules allemands situé à l’extérieur du ghetto. En compagnie d’autres travailleurs, ils aménagent une cachette dans l’atelier. Ils y trouvent refuge, à l’été 1944, à l’approche de l’Armée Rouge, lorsque les SS procèdent à une exécution massive avant de fuir.

Repérés lorsqu’ils en sortent, plusieurs jours plus tard, Simon et son père échappent aux tirs allemands en se dissimulant dans un champ pendant deux jours.

Entre temps, la mère de Simon a été hospitalisée à Vilno. Les deux fugitifs la retrouve à l’hôpital. C’est là qu’ils rencontrent les premiers soldats soviétiques le 13 juillet 1944.

Un cousin présent dans l’Armée Rouge les aide à récupérer leur maison.

Les Malkes demeurent à Vilno de 1944 à 1946, avant de s’installer à Lodz, en Pologne, où ils résident de 1946 à 1949. La famille obtient ensuite des visas pour la France. Simon décide toutefois de partir pour l’Allemagne, afin d’y terminer ses études en électronique. Au terme de celles-ci, en 1952, il rejoint ses parents en France. Il travaille dans différentes entreprises en tant qu’ingénieur. Il intègre une société américaine d’électronique où il mène sa carrière pendant trente ans. Il en devient le directeur technique avant d’en être le directeur marketing. Il crée des filières de son entreprise dans différents pays d’Europe, en Italie, en Espagne, en Allemagne et en Autriche.

Simon Malkes s’est marié, a eu une fille de ce premier mariage, avant de se remarier. Au moment de son interview, il est membre du comité exécutif mondial de l’Organisation Reconstruction Travail (ORT).

Simon Malkes a été interviewé le 6 décembre 1995 à Paris par Denise Smilovici.