Vera Gissing UNESCO 2014 French

X Close

Vera Gissing

Language: English

Vera Gissing (née Diamant) est née le 4 juillet 1928, à Prague, Tchécoslovaquie (actuelle République tchèque). Son père, Karel, possède un magasin de vins et de spiritueux à Celakovice, près de Prague. Sa mère, Irma, remplit les tâches administratives. Vera fréquente un lycée local et se sent fière d’être une citoyenne tchèque. Elle a une soeur, Eva, de quatre ans son aînée.

Le 15 mars 1939, Celakovice est occupé par les forces armées allemandes. Peu après, la famille est contrainte de loger le commandant de la ville nouvellement nommé, qui la soumet à un traitement brutal. À l’insu du reste de la famille, Irma inscrit les noms de Vera et d’Eva sur la liste pour les Kindertransport – l’initiative organisée en faveur des enfants réfugiés, juifs pour la plupart, emmenés d’Allemagne, Autriche et de Tchécoslovaquie en Grande-Bretagne. Partant en juin 1939, les soeurs sont séparées : Vera est placée dans une famille d’accueil à Liverpool et Eva rejoint une institution à Dorset. Alors qu’à Liverpool, Vera parvient à entrer en relation avec Édouard Benes, le président de la Tchécoslovaquie, au cours de la période 1935-1938, qui, après sa démission forcée, a quitté son pays pour établir un comité national tchécoslovaque en Angleterre. Avec l’aide de Benes, Vera commence à fréquenter une école pour les enfants réfugiés de Tchécoslovaquie à Whitchurch, en Angleterre. En 1943, l’école est déménagée dans un quartier plus tranquille à Llanwrtyd Wells, au Pays de Galles.

Quand survient la fin de la guerre en 1945, Vera découvre que sa mère, qui avait survécu au camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne), est morte de la typhoïde deux jours après sa libération. Son père n’a pas non plus survécu à l’Holocauste. Après la guerre, Vera revient à Prague pour étudier et devient traductrice littéraire. Elle revient finalement en Angleterre et épouse Michael Gissing en 1949. Elle se lance comme traductrice, interprète et éditrice pour divers éditeurs britanniques, écrit des livres pour enfants et une autobiographie, Pearls of Childhood (« Des perles de l’enfance ») (1988). L’histoire de Vera a fait l’objet d’une série à la radio Tchèque et a inspiré plusieurs documentaires télévisuels. Vera est connue pour ses travaux, The Power of Good: Nicholas Winton (2002), All My Loved Ones (1999) and Into the Arms of Strangers: Stories of the Kindertransport (2000). The Power of Good a remporté le prix «International Emmy» de l’année 2002 pour le meilleur documentaire télévisuel.

Au moment de son interview, Vera avait trois enfants et trois petits-enfants. L’interview a été réalisée le 25 octobre 1996 à Marlow (Angleterre, Royaume-Uni) ; intervieweur : Bernice Krantz ; vidéaste : Jonathan Harrison.